Bientôt les élections.

Municipales :

 Dans quelques dizaines de jours, les français se dirigeront aux urnes pour élire leurs équipes municipales. Le contexte politique actuel devrait faire apparaître un recul massif de la gauche tout du moins sur le premier tour. L’UDI ayant proposé depuis de nombreux mois de faire comptabiliser le vote blanc comme tel, et non comme bulletin nul, le PS s’y est opposé alors qu’il y était favorable il y a douze mois. Pourquoi ? Le vote protestataire que représente le bulletin blanc dans l’urne est une mauvaise chose pour la gauche. Il vaut mieux que ce vote aille au FN. Ainsi, il y aura plus de triangulaires, décapitant la droite comme d’habitude, et favorisant la gauche qui pourra sauvegarder, pendant un temps, certains de ses sénateurs.

Européennes :

Les élections européennes auront lieu peu de temps après et il est probable que la réforme du bulletin blanc ne se fasse pas non plus avant ce scrutin. Quand bien même cela se ferait, le choix des électeurs sera bien différent des municipales, leurs intentions de vote n’allant plus vers une personne de leur connaissance, mais vers une représentation politique. Ce résultat sera des plus intéressants car véritablement représentatif de l’état psycho-politique des français. L’abstention sera véritablement à prendre en considération aussi.

 Depuis le début de la Vème république, le taux d’abstention ne cesse de croître au fur et à mesure des élections. Quelles sont les leçons à en tirer pour nos élus ou représentants politiques de tous bords ? Ils évitent d’aborder officiellement le sujet car cette situation les arrange. Pire, ils en profitent de façon éhontée ! Pour preuve, notre député de la première circonscription de l’Ardèche, Pascal Terrasse. Au lendemain des dernières élections, il confiait au Dauphiné Libéré que jamais il n’avait été élu avec tant de succès ! Ce qui est faux ! Archi faux !!! En regard au nombre d’inscrits, il n’a été élu qu’avec 36% de ceux-là ce qui était bien inférieur à certaines précédentes élections. Certes, il a été élu avec plus de 67% des « exprimés » face à son adversaire du FN ! Mais comment peut-on se déclarer représentatif de la population avec uniquement l’approbation du tiers des électeurs et se pavoiser de la sorte ? Le problème se situe au niveau des résultats  présentés par la presse sous la forme de « majorité relative » susceptible de faire croire aux lecteurs qu’une personne a été élue avec une énorme majorité, ce qui est loin d’avoir été le cas !!

Nationales :

 2017 est encore loin. Cependant, la conjoncture politique actuelle pourrait faire apparaitre des modifications dans l’ordre établi en 1958. Les organismes en  « vogue » actuellement prévoient tout et son contraire sur ces prochaines élections nationales, tant sur les plans législatifs que présidentiels. Le marché est totalement ouvert. La gauche se discrédite de mois en mois, voir de semaine en semaine quand ce n’est pas de jour en jour. La droite, depuis qu’elle est dans l’opposition, ne cesse aussi de décevoir un électorat qui est enclin à s’abstenir de plus en plus sur les prochains scrutins ou à se radicaliser.

Notre ancien président, Nicolas Sarkozy, ne pourra jouer une carte de présidentiable, qu’à partir du moment où il se déclarera candidat à la présidence sans aucune appartenance politique. C’est le message qu’il a été possible de décrypter lors de  son retour en communication avec les médias. Il disait : « Si je reviens, ce ne sera pas pour la politique, mais pour la France. ». Il n’y aura donc plus lieu de parler de primaires au sein de l’UMP avec sa participation.  C’est bien là ce qui dérange un bon nombre de ces « franc-macs » de droite aux dents longues qui rêvent de croquer la plus haute marche de l’état !!!

Notre seul espoir présidentiable même s’il n’est pas parfait, comme tout être humain, reste Nicolas Sarkozy : le seul à pouvoir nous sortir des excréments dans lesquels la « Hollandie » nous a précipités.

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *