Entre deux tours

Nous voilà en milieu de semaine entre les deux tours de ces élections départementales. Les résultats de dimanche dernier ont été commentés, traditionnellement, avant même qu’ils ne deviennent officiels. Comme d’habitude, presque tout le monde se déclarait gagnant en dehors du parti gouvernant, mais les constats étaient bien différents suivant les analyses portées par les uns ou les autres : certains socialistes voyaient une victoire de l’union de la droite (UMP/UDI), d’autres, bien connus pour leurs idées ancrées à gauche comme Laurent Neumann, responsable politique de BFMTV, créditaient le FN d’une victoire écrasante en présentant ce parti comme le plus important de France… !!! Bref, tout est différent et pourtant rien ne change…, comme d’habitude : les divers représentants des partis, qu’ils soient élus ou simples candidats,  tous constatent une abstention encore une fois plus importante sans se  poser la question : « POURQUOI ? ». Les abstentionnistes représentent, de loin, la majorité absolue. Et quand bien même quelques ténors ont le courage de réamorcer l’idée du vote obligatoire, le pétard reste mouillé, comme cela a toujours été. Les uns et les autres ont trop peur de perdre leurs sièges, et le vote obligatoire pénaliserait un nombre conséquent d’élus s’il était mis en application.

 La tentation de rejoindre cette majorité d’inscrits restant chez eux  au deuxième tour est par conséquent très forte. Le ras le bol des électeurs face à cette immobilité politique datant d’un demi-siècle et entraînant pitoyablement notre pays dans le chaos, est si fort, que l’on peut imaginer que l’abstention sera encore plus importante au deuxième tour qu’au premier, avec, bien évidemment, un sursaut de la gauche. Notre petit canton de Privas n’échappera pas à cette malheureuse logique quels que soient les calculs de report de voix savamment effectués par les deux candidats restant en lice. Les résultats, bien que totalement illogiques sont déjà connus de tous !!! Le caractère moral des candidats n’intéresse plus personne et ne fait même plus réagir les électeurs. L’affaire Mediapart, sur l’utilisation  « illégale » de l’IRFM de Pascal Terrasse à des fins personnelles, en est la preuve. Quant aux perspectives économiques prônées par l’un ou l’autre, quelles que soient les informations criantes de vérité sur l’endettement des territoires, le peuple affublé par l’ « Impôt » manifeste un dégoût notoire et chronique sur la question. Il omet, parce qu’il y a une volonté certaine de lui faire oublier, que le principal impôt est la TVA : la manne la plus importante pour l’état, et que tout le monde paye. Il s’ajoute bien sûr aux autres (impôt sur le revenu, taxe d’habitation, taxe foncière….) supportés par une minorité de citoyens…, le tout utilisé pour les dépenses pharaoniques de l’état.

 Face à cette situation de plus en plus dramatiquement ubuesque, seuls les idéalistes, les encartés et les pauvres  inconditionnels du devoir civique se rendront donc à ce scrutin dimanche prochain…

De façon anecdotique, je tiens à vous faire part d’une constatation : je suis en mesure de connaître, jour par jour, le nombre de visiteurs de mon site. En dehors des trois ou quatre  jours faisant suite à la parution d’un article, il est visité en moyenne par quatre ou cinq personnes qui sont certainement payées pour le faire, dans un esprit de « surveillance ». Celle-ci est actuellement renforcée pour « lutter contre le terrorisme »… Mon dernier article est paru sur le site le samedi 21 mars. La veille, vendredi 20, jour de visite du trio socialiste gouvernemental, quarante-cinq personnes sont venues le consulter… Surprenant, non ? J’ai peut-être et sans aucun doute loupé une occasion de m’exprimer ce jour là… Je demande, par conséquent, à tous ceux d’entre vous qui se seraient connectés ce vendredi 20 mars sur mon site de se manifester par mail pour m’en expliquer leurs motivations.

Bien le bonjour aux RG et à bientôt.

Votre « terreur » privadoise.

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *