Joli mois de mai…

– I – Le mois de mai a commencé, sur le plan évènementiel, par « l’affaire Ménard ». Les cris d’orfraie de la gauche plurielle se sont multipliés outrageusement sur toutes les chaines télévisées et radiophoniques condamnant le dit fautif avant même d’avoir été jugé, allant, pour certains, aux condamnations verbales les plus sévères comme celles du petit père Cazeneuve,  citant un rappel aux heures les plus sombres de l’histoire de France. Le gouvernement de Vichy était dans toutes les bouches de nos gauchistes lobotomisés. Curieusement, le tribunal administratif, investi par les « bons penseurs », a blanchi le soi-disant coupable. Curieux, non ? La non-médiatisation de ce dernier  évènement a brillé par son excellence. Faut-il rappeler qu’en 2010, notre « péon espagnol » siégeant à l’époque à l’assemblée nationale, avait annoncé un dépôt de proposition de loi visant à établir des statistiques ethniques sur la totalité de la population ? Les français ont la mémoire bien courte et nos élus une faculté impressionnante au mensonge. Interrogez-vous sur ceux qui vous entourent et vous irez de surprise en surprise sans même aller chercher très loin. Comme moi, vous serez dégouté par ces personnes prêtes à tout pour grappiller quelques voix en s’engageant par leur signature à respecter des chartes, comme celle de la famille proposée par « La Manif Pour Tous », alors que leurs vies peuvent être données comme exemple frappant d’opposition aux engagements de cette charte : «  Faites ce que je dis, pas ce que je fais  ». Vous serez tout aussi écœuré par ces élus qui n’hésitent pas, à des fins douteuses, mais obligatoirement électoralistes, à soutenir, à vingt-quatre heures d’intervalle, deux candidats à la mairie d’une ville voisine, ces deux concurrents appartenant à la même formation politique que leur « souteneur »… ! Les élus menteurs ne se comptent donc  plus. On peut se demander, par conséquent, si le mensonge ne fait pas partie intégrante des qualités revendiquées par les futurs élus !!! Il ne faut pas s’étonner si l’abstention progresse à chaque nouvelle élection, tant le dégoût des électeurs s’avère être au rendez-vous avec raison !

Mais le mensonge arrive à son paroxysme dès lors qu’il dévie sur nos institutions et ses fonctions régaliennes. Il devient alors paradoxalement « mensonge démocratique ». Sylvie Andrieux est ainsi l’exemple manifeste d’une justice qui n’est pas rendue et appliquée équitablement : condamnée à quatre ans de prison dont un ferme en 2014 par le tribunal d’appel, elle participait au vote de la loi sur le renseignement le 5 mai 2015 en tant que député (PS) siégeant toujours à l’assemblée nationale (1)… !?!

 

 

– II -Le voyage de notre président « François le petit gros » à Cuba, aux Antilles  et à Haïti : voilà un sujet d’envergure couvert par les médias de toutes sortes, évitant ainsi, une fois de plus, d’accorder trop d’importance aux  sujets pourtant si préoccupants de l’économie et du chômage. Les critiques de chaque représentant de groupe parlementaire étaient  prévisibles : l’ultra gauche se félicitait, avec un Mélanchon admiratif, une fois n’est pas coutume, de notre petit cochon hollandais  et de son entretien avec « Fidel » le « Castro », proclamant, à la suite, une conférence de presse  sous l’effigie d’un sanguinaire criminel, légionnaire adulé par nos élites gauchistes : le « ché ». Honteux… !!!Indéniablement, il existe un énorme point commun entre  ces deux hommes d’état, « Fidel » et celui qui ne l’est plus depuis longtemps. C’est bien celui  de mener leur pays respectifs dans le plus grand des chaos : l’un, l’a déjà réalisé, l’autre est en pleine action. Les ténors de l’UMP  se formalisaient sur la honte de cet entretien avec un ex chef d’état, dictateur et destructeur de son pays avec les pires méthodes  staliniennes et une gauche se défendant en évoquant le dressage de tentes dans les jardins de l’Elysée de Sarkozy par son fidèle allié Kadhafi : du grand « n’importe quoi » d’un côté comme de l’autre…, mais tellement parlant  par cette imbécilité quasi puérile !!! On nous prend vraiment pour des … !

De passage à Pointe-à Pitre, CPFH (attention : il ne s’agit pas de l’abréviation Collier de Perles Foulard Hermès, mais de Ce Pauv’e F’ançois Hollande) en a profité pour inaugurer le mémorial ACTe qui a couté plus de 83 millions d’euros pour sa réalisation. Il était bien évidement accompagné par sa garde des sceaux. Il est superbement intéressant, dans une période où la repentance est d’une actualité rendue obligatoire, de lire, par souci d’esprit critique, l’interview réalisée par « Outre-mer 1ère » (2) de ce noir africain, anthropologue et économiste sénégalais, Tidiane N’Diaye, auteur de « Le génocide voilé » (éditions Gallimard 2008): une découverte de la vérité historique de l’esclavage qui devrait en faire réfléchir plus d’un et annihiler  un tant soit peu leurs revendications de réparations tant morales que pécuniaires …

 

 

– III -Dans la première quinzaine du mois de mai, Nicolas  Sarkozy, abordant la réforme scolaire s’est lâché en disant : « Dans le débat de la médiocrité, Christiane Taubira est en passe d’être dépassée par Najat Vallau-Belkacem ». Les « vrais bons penseurs » se sont précipités sur cette déclaration traitant son interprète de xénophobe, sexiste, raciste… Il est amusant de constater que tout ce beau monde a interprété diaboliquement le discours de notre ancien chef d’état en lui attribuant des significations qui n’étaient même pas sous-entendues de sa part. Pis, c’est eux-mêmes qui établissent le constat du sexe et de l’origine ethnique de ces deux ministres ! L’origine de celles-ci, décrite dans mon article précédent pour ces deux personnes et pour d’autres membres du gouvernement actuel, n’est qu’une réalité qui ne peut être évitée sans faire preuve d’une grande subjectivité. Est-il possible, aujourd’hui, de pouvoir proférer des critiques négatives, arguments de poids à l’appui, sur des membres du gouvernement qui ne sont pas des français de souche, sans être traité de raciste, de xénophobe, et de tout autres noms d’oiseau du même acabit ?

On est en droit de se demander si les actions menées par Mme Taubira ne sont pas établies dans un dessein strictement destructeur de notre nation en regard à son passé où sa quête d’indépendance Guyanaise la plaçait comme une véritable ennemie de la république française. Avant de créer le parti Walwari avec son mari, Rolland Delannon, emprisonné pour avoir été l’auteur de violents attentats, n’avait-elle pas été obligée de vivre dans la clandestinité ? Comme le dit le vieil adage : «  la vengeance est un plat qui se mange froid »… !

Najat Vallau-Belkacem, notre « Kaa » politique, pense-t-elle vraiment amener une amélioration à notre système éducatif par le biais de sa réforme ? On est en droit, là aussi, d’en douter tant certaines valeurs vont totalement disparaitre définitivement de l’enseignement de façon très volontaire,  telles que l’esprit critique, le mérite, la récompense à l’effort, le gout de la culture et du savoir…, sans parler d’une histoire de France tronquée par la suppression totale des plus grands évènements qui ont fondé notre patrie. Elle veut développer le calcul mental au collège, opération impossible sans l’acquisition de la base : les tables de multiplications. Celles-ci ne sont plus du tout apprises dans le primaire car apprendre c’est embêtant, c’est ennuyeux, c’est pénible!! Si les précédents gouvernements n’ont pas été performants dans la gestion du ministère de l’éducation, celui-ci ne l’a pas fait descendre d’une ou deux marches dans la médiocrité, mais d’un étage complet ! N’est-ce pas là une action purement idéologique dans la continuité de son prédécesseur, Vincent Peillon qui voulait sortir les enfants du giron éducatif de leurs parents pour n’en faire que de bon petits laïcards au service du politiquement correct marxiste ? Le plus étonnant dans la chronologie de cette réforme est de constater l’avis de plus en plus négatif sur le sujet par des syndicats d’enseignants n’ayant pas la réputation de se situer politiquement à droite, et de façon identique  par un journal comme Marianne qui titrait : « Ecole, Le massacre des innocents ». A croire que toutes ces instances soient bientôt en mesure de dénoncer  un état dictatorial ! Les réactions dures d’obstination de notre serpentasse NVB renforcées par celles toutes aussi violentes de notre péon espagnol  sur cette  problématique, montrent à quel point leur idéologie prime sur l’avis négatif des parties concernées comme cela a été le cas pour les réformes de la santé, les salles de shoot, l’euthanasie, le mariage pour tous, le don du sang pour les homosexuels,…, malgré tous les avis négatifs proférés par ces organismes que sont les syndicats de tous bords, le conseil national de l’ordre (CNO), le Conseils Consultatif National d’Ethique (CCNE), les associations diverses,…, dont ces acteurs réformistes n’ont même pas pris en compte dans le cadre de ce qu’ils ont pompeusement et honteusement nommé « concertation ». La tonalité de ce gouvernement dont la vue est bloquée par les œillères d’une idéologie néo-nazie avait déjà été donnée par le président lui-même. Il avait toujours vigoureusement défendu l’indépendance de cet organisme, cette troisième chambre, le CESE (Conseil Economique Social et Environnemental) chargé d’exercer une mission consultative auprès des pouvoirs exécutifs et législatifs. Cette mission a été refusée par son président, Jean-Paul Delevoye(3), en avril 2013 après sa demande d’avis au premier ministre de l’époque suite au dépôt de la pétition contre la loi Taubira comptant pas moins 700 000 signatures, bafouant et piétinant ainsi la démocratie participative et la Constitution !!!!

Le décret d’application de la loi de réforme du collège étant passé dans la nuit du 19 au 20 mai exprime la hargne et la stupidité de cette équipe destructrice de la nation ! Cet évènement est une signature supplémentaire du dictât gouvernemental socialiste en place. Il a été totalement et volontairement minimisé par les médias dans la journée du 20 mai. La colère monte chez tous les français, et quand bien même ce décret vient peu de temps avant les vacances scolaires, ce ne sont pas celles-ci qui plongeront les citoyens dans l’oubli. Ils sont de plus en plus nombreux à prendre conscience de l’extrémisme du régime politique mis en place en 2012 !

 

– IV -Le 27 mai, notre illustrissime et grandiose Hollande présidait la cérémonie d’entrée au Panthéon de quatre héros français de la dernière guerre. A cette occasion, il a prononcé un très long discours lisant un texte sur lequel, dixit les journalistes, il avait travaillé plusieurs mois. Au tout début de celui-ci, voila exactement ses paroles : « …, quatre héros, si différents, par leurs origines, leurs opinions, et leurs parcours. Qu’y-a-t-il donc de commun, entre ces deux femmes rescapées de l’enfer des camps, et ces deux hommes, disparus atrocement, dans les derniers jours de l’occupation (?), entre ces deux catholiques qui mirent leurs vies au service de la dignité humaine, et ces deux franc-maçons, qui eurent très jeunes des responsabilités politiques importantes ? … » (4). A bien comprendre ce passage, notre « flamby national » oppose à cet endroit ce qu’il considère comme deux religions. Le pouvoir politique actuel reconnaitrait-il enfin la franc-maçonnerie comme religion d’état ? C’est ce que l’on peut croire et en être conforté par les propos tenus par Daniel Keller, Grand Maître du GODF (Grand Orient De France), qui déclarait récemment à propos de la loi sur la fin de vie: « Le Grand Orient s’est doté d’une commission santé et bioéthique depuis une dizaine d’années. Nous travaillons  sur la fin de vie. J’ai été auditionné au grand jour par la commission Claeys-Leonetti au même titre que les grandes religions », (v. page 15 du N°1948 de « Familles Chrétienne » du 16 au 22 mai 2015). Que deviennent alors tous les sermons éructés par les grands prêtres du laïcardisme ? Quel sera le devenir de la loi 1905 imposée dans la force et la violence par le petit père Combes si la franc-maçonnerie est reconnue comme religion?  Il est bien évident que jamais ses membres accepteront de reconnaitre cet état de fait que j’ai si souvent décrit. Le terme « religion » est banni du vocabulaire franc-maçon (FM). Ses adeptes parleront certainement, pompeusement à l’avenir, de philosophie, en agissant toujours aussi sournoisement, le temps leur donnant la possibilité de détruire lentement mais surement, toutes les valeurs qui ont construit notre civilisation et de promouvoir ainsi leur idéologie.

Les attaques de toutes sortes faisant suite au changement de nom d’ « UMP » à « Républicain » illustrent la colère de ces nombreux franc-maçons de gauche qui considèrent que la République leurs appartient depuis 1789. Un problème de choix politique pour le vulgum pecus que je suis, réside, a fortiori, dans l’appartenance d’un nombre conséquent de personnalités de droite à la FM, même si certains d’entre eux « résident » dans d’autres obédiences que le GODF qui recrute essentiellement à gauche. Ils sont partout ! Et de façon certaine, les desseins des uns, comme des autres, sont les mêmes. Seuls les moyens pour y arriver diffèrent. J’ai par conséquent de plus en plus de mal à me sentir républicain… !!! Malgré toutes les recherches que j’ai pu effectuer, « les valeurs de la République » tant citées ces dernières semaines ou ces derniers mois, sans être pour autant décrites explicitement, demeurent pour moi une grande énigme. Je suis de plus en plus dans le doute de trouver quelqu’un qui pourrait m’aider en m’expliquant… ! Ce n’est pas faute d’avoir essayé, et le constat est lourd de signification : chaque « républicain » interrogé reste évasif dans sa réponse en n’énumérant que de lourdes banalités qui bien souvent, sont dépourvues  de toute véracité… !!!

 

 

http://www.valeursactuelles.com/politique/qui-est-jean-paul-delevoye-41947  et :

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/tag/jean-paul-delevoye/

(Aller à 54:40)

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *