Lettre à B. Cazeneuve

Lettre ouverte à Monsieur Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, place Beauvau 75008 Paris.

Privas, mercredi 14 janvier 2015.

Monsieur le ministre

 

En ce jour du 11 janvier 2015, bon nombre de français se sont retrouvés à défiler dans les rues de leur lieu d’habitation au son de « JE SUIS CHARLIE ».

Tous les évènements de cette deuxième semaine de l’année 2015 ont été lamentables. Je fais bien évidement allusion au « carnage » de « Charlie Hebdo » et des autres assassinats qui ont pu être commis, mais aussi aux manipulations politico-médiatiques qui en ont découlées… !

Les assassinats perpétrés chez « Charlie Hebdo » sont totalement condamnables, au même titre que toute  suppression de la vie humaine, de sa conception à sa fin naturelle. Je les condamne tous sans exception. L’élimination par les armes de ces journalistes et de ceux qui se sont opposés aux bourreaux n’a aucune qualification assez forte pour décrire cette ignominie. Le soir même de ces évènements, tous les journalistes ou membres du gouvernement dont vous êtes, dénonçaient une atteinte à la liberté d’expression.

Certains dessins de Charlie Hebdo m’ont fait sourire à de nombreuses reprises, plus par leurs côtés provocateurs que par l’humour qui en était véritablement absent dans la plupart des cas. Ma vue des choses en choquera certainement plus d’un, mais en y réfléchissant un peu, peut-on rire de tout, se moquer de tous les individus et de tous les sujets ? Notre bien regretté Raymond Devos disait que le plus grand des humoristes était celui qui se moquait de lui-même. Il n’a jamais été menacé de mort, lui, et les maures ne lui en ont donc jamais voulu.

Il est vrai qu’en dehors de l’Alsace, le délit de blasphème n’existe plus dans notre pays. Pourquoi alors, les politiques de gauche et tous leurs nombreux sbires journaleux ont-ils condamné Dieudonné, allant jusqu’à lui interdire de se produire en spectacle. N’y a-t-il pas là une décision purement politique et condamnable, car extrémiste ? Je n’ai jamais vu un de ses spectacles, et son humour, du peu que j’en connaisse, ne m’a jamais touché. Je n’ai pas acheté non plus le livre d’Eric Zemmour, mais là encore, quelle manipulation politique exécrable que d’obliger son employeur, i-télé, à le limoger, alors que son émission (que je n’ai par ailleurs jamais regardée) réalisait la plus grande audience de cette chaine. Peut-on dès lors parler de liberté, de démocratie ? Ces deux mots ne sont-ils pas tronqués ? Ne perdent-ils pas tout leur sens et leur caractère sacré ?

Les évènements de la semaine dernière traduisent un échec retentissant de la guerre que vous livrez aux cultes dont, paradoxe des paradoxes, vous êtes pourtant le représentant ministériel, et donc le protecteur ! La seule religion que vous protégiez réellement est la vôtre : la franc-maçonnerie. Vous n’en cachez pas, par ailleurs, votre appartenance. Vous vous interdisez de qualifier cette « société » de religion. Il faut pourtant, vous en remettre à l’évidence : les Constitutions d’Anderson, fondement même de la franc-maçonnerie l’expriment explicitement. Il en est de même dans des écrits comme ceux d’Oswald Wirth, grand érudit franc-maçon.

Le leitmotiv actuel de votre religion est la laïcité qui vient d’ailleurs s’inscrire à la suite de la devise nationale (qui est elle aussi d’origine franc-maçonne). Ainsi peut-on découvrir la page de présentation du Grand Orient sur internet avec la devise Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité (http://www.godf.org/uploads/assets/file/25-propositions-du-GODF-laicite.pdf). La communauté internationale a de grande difficulté à comprendre la laïcité française telle que vous la dictez, et pour cause : vous avez détourné le sens initial de ce terme qui signifiait une non appartenance à un des clergés chrétiens pour la transformer en non appartenance à quelque religion que ce soit. Votre haine à l’égard de certaines d’entre elles est sans limites et les évènements de ces dernières semaines le prouvent. L’atteinte que vous avez portée aux français, qu’ils soient catholiques ou pas, par le biais de vos « petits soldats » comme les Femens ou les Libres Penseurs en sont des illustrations manifestes. Vous poussez la provocation vous-même en déclarant :

« … Evoquer les racines chrétiennes de la France, c’est faire une relecture historique frelatée qui a rendu la France peu à peu nauséabonde… ». Qui êtes-vous, Monsieur, pour tenir publiquement de tels propos ? Ces paroles sont empreintes d’un rejet de votre part de tout ce qui vous a permis d’arriver à la place que vous occupez aujourd’hui !! Car enfin, n’avez-vous pas été à l’école ? Votre soi-disant intelligence et votre culture ne vous ont-elles pas permis de vous demander comment, et par qui, l’Enseignement avait vu le jour et s’était développé au fil de l’histoire mondiale si ce n’est par les religions et particulièrement par les chrétiens ? Etes-vous à ce point aliéné pour réfuter  totalement l’importance de nos religions dans notre culture, notre histoire ? Sortez de chez vous et enlevez vos œillères « francmacs » ! Vous verrez alors, ne vous déplaise,  que notre patrie baigne totalement dans ce « jus » chrétien à tous les coins de rues.

Cette phrase, de votre part, prouve que la religion à laquelle vous appartenez est en guerre contre les catholiques, et depuis longtemps. Faut-il évoquer des souvenirs remontant aux années qui ont suivi la révolution de 1789 dont la franc-maçonnerie portait la responsabilité: à la fin de 1794 plus de 230 religieux (évêques, prêtres, nones) avaient été sauvagement assassinés ou décapités. Plus de 1500 autres avaient été déportés dans les îles comme la Guyane où une mort à petit feu les attendait. Faut-il évoquer également un autre de vos héros du tout début du XXème siècle, le petit père Combes avec le scandale de ses « fiches » pour recenser les catholiques de l’armée afin de mieux s’en débarrasser ? Ce même « petit père » n’est-il pas responsable de la fermeture de milliers d’établissements scolaires confessionnels, et de l’expulsion du territoire de tous les religieux qui y enseignaient ? Faut-il encore citer les évènements de la fin des années vingt où un autre de vos héros franc-maçon, mexicain celui-ci, le président Plutarco Elias Callès, exila 95 % des prêtres de l’état qu’il gouvernait et fut responsable de 80 000 victimes entre 1927 et 1929 ? Un très beau film historique, d’un succès international, a retracé cette sombre période de l’histoire de cet état d’Amérique du sud : « CRISTEROS », qui n’a été projeté que dans une dizaine de salles de notre hexagone et qu’on ne peut acheter que par des sites internet. Allez savoir pourquoi…!?…!?

Curieusement, tous les faits cités-dessus n’apparaissent jamais dans l’enseignement de l’Histoire élaboré et contrôlé par le ministère de l’éducation nationale. L’omission, la dissimulation sont des caractéristiques à part entière du mensonge…!!…, et de la dictature !

Le combat christianophobe franc-maçon continue toujours au présent, et de bien piètre façon : les crèches sont apparues comme le nouvel ennemi de la république laïque en cette fin d’année! La soldatesque de la « Libre Pensée » a investi certaines mairies qui avaient eue l’audace d’établir une crèche dans l’espace public ce qui allait à l’encontre de l’article 28 le la loi de 1905. Elle demandait de surcroît à chaque premier magistrat municipal de communiquer le coût d’une telle « manifestation »… J’ai écouté attentivement votre invective à l’assemblée nationale ( https://www.youtube.com/watch?v=K5PJ5twMBUg )  en réponse à la question du député Jérôme Chartier sur le sujet.  L’énervement, si rare dans votre comportement habituel, témoigne de votre embarras et de l’incohérence de vos propos. Il est important et surprenant de constater qu’il aura fallu 109 années pour remarquer que les crèches allaient à l’encontre de cet article de loi… Mais qu’ont fait vos aînés franc-maçons pendant toutes ces décennies ???

Sans aucun esprit agressif par rapport à l’Islam, certains de vos contradicteurs sur le sujet ont évoqué la réception organisée par la mairie de Paris pour fêter l’Aïd avec la communauté musulmane. Cette soirée a du avoir un coût non négligeable, tout autant que la campagne publicitaire parisienne préalable souhaitant un bon ramadan à la population concernée. Faut-il de ce fait, comprendre qu’au même titre que pour la liberté d’expression, il y ait un poids et deux mesures, ici en fonction de l’appartenance cultuelle ?

 Pour revenir sur les évènements de la semaine passée, les esprits se calment. Les honneurs ont été rendus aux victimes du drame perpétré par ces trois islamistes fous.

Les frères Kouachi ont été exterminés. La question à se poser est de savoir s’ils n’auraient pas pu être récupérés vivants. La technologie dont dispose le GIGN et les autres bataillons d’intervention spécialisés le permettait largement. Vivants, ces assassins auraient pu livrer nombre d’informations sur les réseaux auxquels ils appartenaient et participer, à leur insu, au démantèlement de ces derniers. D’un autre côté, vivants, qu’en aurait-on faits ? La Justice menée par Mme Taubira aurait bien eu du mal à statuer sur leur sort tant elle est menée par de multiples vitesses en fonction des individus concernés, démocratie socialiste oblige. La peine de mort a donc été choisie par les autorités et personne ne s’en est offusqué…!!!

Depuis samedi dernier, j’ai peur. Je reçois sur ma boite mail des messages d’un racisme épouvantable ou l’amalgame se fait de façon systématique entre les musulmans et les islamistes. Les informations dans les différents médias décrivent nombre de faits divers concrétisant cette situation à tous les niveaux. J’ai peur, non pour moi, mais de tous les débordements que l’on peut imaginer et qui de toute façon auront lieu. Ils seront le fruit d’une politique gouvernementale qui a ouvert totalement les robinets de l’immigration. A ces élus, dont vous êtes, d’en assumer les responsabilités.

L’attentat de « Charlie Hebdo » soulève un autre problème de fond. On peut considérer que les gens exigent la liberté d’expression pour compenser la liberté de pensée qu’ils préfèrent éviter. Bien sûr, cet évitement n’est pas volontaire. Il est la conséquence recherchée de tous nos dirigeants à éliminer tout esprit critique aux fins de mener à la baguette le peuple. Là encore, les sociétés secrètes telle que celle à laquelle vous appartenez, en sont les initiatrices. Le problème, pour vous, maintenant, est que de plus en plus d’individus en ont conscience et « réveillent leurs congénères ». Beaucoup n’ont pas été dupes quant à l’utilisation de « l’émotionnel » à outrance aux fins de redorer le blason du plus mauvais président de la cinquième république. Depuis une semaine, les médias télévisés ont monopolisé leur temps sur ce triste sujet. Même si celui-ci était de la plus grande gravité, toutes les autres actualités en ont été occultées ce qui est totalement anormal. Que s’est-il passé, entre autre, concernant les différentes réformes discutées à l’assemblée nationale…? Personne ne sait !

Je dois mettre un terme à cet écrit. Ce ne sont pourtant pas les sujets qui manquent dont j’aimerais m’entretenir. J’y critiquerais négativement, bien malheureusement, la quasi-totalité des actions du gouvernement.

Je tiens, cependant, à vous présenter mes meilleurs vœux pour cette année 2015 qui a bien mal commencé.  Espérons que les évènements de la semaine dernière ne seront pas un mauvais présage pour les mois et les années à venir. Soyez assuré uniquement de mon respect, et acceptez les vœux les plus pieux de ce catholique laïque et républicain que je suis et resterai.

Guérin de Longevialle

 

P.S : Je sais que le temps vous est compté, mais si vous en avez la possibilité, en dehors de la lecture de l’Ancien et du Nouveau Testament, si vous voulez vous parfaire dans la situation que vous occupez, et mieux comprendre ce monde catholique auquel j’appartiens, je vous conseille d’allier l’utile à l’agréable en visionnant les quatre films ci-dessous :

– La Passion du Christ (de Mel Gibson)

– Cristeros (de Dean Wright)

– L’Apôtre (de Cheyenne Carron)

– Exodus (de Ridley Scott)

Ces films sont les témoignages d’une foi, et de son histoire. Quelques soient ses détracteurs, elle perdurera à jamais.

 

 

Nous sommes juifs,

Nous sommes musulmans,

Nous sommes chrétiens,

Nous voulons vivre en paix,

Alors respectez-nous et laissez-nous vivre dans une vraie démocratie.

 

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *